L'Insitut Francais de Déclinologie

06 mai 2007

BOYCOTTONS LE FOUQUET'S

Suite à la nuit du 6 mai, j'ai décidé officiellement de boycotter le FOUQUET'S.

Plus exactement de poursuivre son boycott.

Je le faisais depuis 30 ans pour des raisons économiques, je le poursuivrais maintenant pour des raisons politiques et morales

Les français ont fait leur choix : voter plus pour gagner moins.

Je respecte ce choix et me retire de la vie politique.Plus exactement de poursuivre mon boycott. Je le faisais depuis 30 ans pour des raisons économiques, je le poursuivrais maintenant pour des raisons culinaires et morales.

Posté par LE DECLINOLOGUE à 23:31 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


25 avril 2007

DE LA BIELORUSSIE AU TURKMENISTAN (en passant une foi par l’ambassade de Belgique)

Juste un petit mot pour Karl ZERO

Tu compares souvent la censure dont tu as fais l'objet à CANAL PLUS à la Biélorussie. Je t'invite à changer de région géopolitique de référence, non que je sois biélorusse ou en hypothétique mariage après avoir joué les gringos à l'euro à gogo à Minsk auprès de suaves beautés slaves. Même si le choix ne manque pas sur notre planète (rikiki pour gros ego), un coin pour dictateur heureux  doit retenir toute notre attention.

Mais pourquoi ne pas comparer ta situation, à la censure existant au Turkménistan pratiquée par l'autocrate Saparmourad NIAZOV élu président à vie depuis 1999. L'intérêt pour toi de le faire serait le suivant. Ce dictateur a choisi Bouygues Construction pour ses travaux pharaoniques : palais présidentiels, palais des congrès et même une piste de ski (et oui, le dictateur est vert, couleur de l’islam, d’avoir raté les JO de Turin). Ne doutons pas que le bobsleigh à quatre Turkmène sera folkloriquement prêt pour 2010 et fera honneur à la devise (en dollars) olympique : « l’important c’est de participer même si on passe pour des cons Merci rasta roquette de nous avoir décomplexé du bulbe de l'orgueil, défaut occidental si il en est.

Ainsi qui dit peu, sous entend beaucoup, tu feras ainsi un judicieux parallèle où Bouygues n’est intéressé que par le fric indépendamment de toute morale.Notons que TF1 a aussi eu un contrat pour moderniser la télé turkmène. Depuis le président peut couper de chez lui les émissions qui lui déplaisent quasi instantanément.

Ils sont fort techniquement ces français.Et la morale suit…… ? Attend, je regarde derrière moi. Ah non elle traîne la patte (il faudra bien penser à s’en séparer un jour, on achève bien les chevaux)  Encore un autre parallèle bien trouble !

Il est intéressant de lire le livre « Le pays où Bouygues est roi de David Garcia (Edition Danger Public) d’où je tire mes affirmations

Je ne sais plus quoi faire une foi pour te remonter le morale. Une place pour Frédéric François ? En tous cas c'est ce que l'on fait chez nous quand ça ne va pas. Ca va pas mieux nécessairement après...............mais c'est pas grave dit on chez moi.On est des gens simples comme tu vois qui ressassons nos bonheurs dans les estaminets de la sous information. (Tient Jean pierre Pernaud a déjà inventé le concept)

Posté par LE DECLINOLOGUE à 23:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 avril 2007

Michel Boujenah sous le charme…..du high-tech

Voici une réaction de fond captivante de professionnalisme concernant ma fan attitude m’ayant conduit à la lecture du supplément gratuit de Metromania parue en février dernier mais lu en avril tant ma fébrilité était grande. (En principe ce genre de phrase vous élimine pendant 70 ans du prix Albert Londres même si le critere est d'avoir décroché son BEPC à PANTIN et son BAC à Vitry )

Bonjour Michel,

J’aime tout ce que vous faites.

Mais en même temps, comme je ne suis pas difficile et que je ne connais pas tout ce que vous faites mon compliment reste limité et donc foncièrement sincère CQFD

La goulette est magnifique. Même en voyage Low cost ; c’est-à-dire en partant en novembre avec CARREFOUR VOYAGE. C’est ainsi pour certain il faut même brader le calendrier pour partir voir le soleil sous un ciel gris ; ce qui est pas facile. Heureusement ils nous ont laissé les palmiers comme dans les allées jardinières de Créteil Soleil.

J’ai financé mon dernier voyage en vendant mon GPS pour faire le plein mais du coup je ne suis jamais arrivé. En même temps sinon, je ne pouvais pas partir ; mais surtout pourquoi m’en avoir offert un ? Les amis sont parfois bêtes et méchants a mangés du groin

La Tunisie, c’était plus sûr.

Vous avez fais du bon boulot selon les gars de là-bas. Il n’était cependant pas nécessaire de leur faire croire que vous êtes avec Sharon Stone pour la légende car ils pensent que vous êtes devenu un caillasseur pro-Sharon.

C’est emprunt de cet état d’esprit que je me suis enquis (je m’enquis facilement) de votre prestation dans le n° 16 De Métro mania où vous déclarais votre flamme comme suit : Michel Boujenah sous le charme..du high-tech

J’ai lu fort naïvement votre interview, puis dans une seconde lecture plus audacieuse, j’y ai lu un message fort entre les lignes.

TENEZ BON, JE VOUS AI COMPRIS

« Chez moi, j’ai 8 télécommandes dont certaines ne servent à rien, mais j’aime tellement les télécommande » : Un octuple souffrance de l’addiction transpire avec une rare violence. Vous confirmez un peu plus loin sur les clefs de voiture :

« Je trouvais formidable que ma voiture me reconnaisse ». Un besoin d’amour dévorant est souvent un des symptôme accompagnant cette addiction, il plus inquiétant quand cet besoin d’amour concerne des objets souvent substitutifs d’importantes pulsions.

Plus loin, ma lecture se fit plus vigilante et mon attention plus sontenue :

« J’adore les petites pampilles que les filles accrochent à leur portables » fait immanquablement penser à toute personne normale auquel j’appartiens indubitablement aux cordes tressées par les détenus préparant une évasion.

« Je ne fais jamais de jeux en ligne ». Vous enfonciez ainsi le clou pour nous dire que ce besoin d’évasion est vrai, vous n’êtes pas l’homme du chiquet.

« L’idéal serait de passer plusieurs heurs avec un connaisseur » : Monsieur, cela s’appelle un complice à ce stade là. Je serais le vôtre mais c’est bien passe que j’ai du temps libre.

« J’ai fais une recherche pour trouver des Kraks pour mon fils » : Il est louable que vous avouiez pourquoi vous êtes tombé mais je ne suis pas un confesseur, pas même à temps partiel, j’ai redoublé 3 fois mon catéchisme.

« Je me sert de la mini vidéo pour faire des repérage » : Vous sentiez déjà qu’un immense complot sourdait contre vous et visant 2 choses : le gouvernement mondial et neutraliser Michel Boujenah ; ce qui aller de paire selon vous, ou en tout cas ne semblait simplement pas incompatible selon moi. Je dois malheureusement vous avouer que votre incarcération actuelle n’est que l’effet du plan B sans exécution ou projet concernant le plan A.

« Je suis perrrrrdu ». Vous donniez cet exemple de SMS. Je décrypte grâce à une lecture au premier degré dont j’ai le secret que vous êtes vraiment perdu et que l’utilisation de 6 R veut dire RDV à 6 Heurrrres

« Une photo de ma fille avec d’énorme lunette »

« Je me nourris de mes peurs »

« Un ordinateur…pour communiquer avec le reste du monde, quel que soit le coin isolé où je me trouve » 

Oui, je viendrais avec un essentiel de grimage et un bon sandwich. Dans ma poche un billet low cost venant de lastminute.com, évidemment la Tunisie va encore sortir du lot. Tunisie encore et toujours dit la chanson ; enfin, je ne connais pas bien toute la musique des pub.

« Ecoute, je vais me suicider et je te rappelle après ». Point trop n’en faites, toujours mieux que tout le monde celui là.

Je vous attends en bas du 3 av Du général Leclerc avec une paire de roller ; faites donc bien attention de ne rien vous casser en sautant du 3 ieme étage pour échapper à vos geôliers maladroits comme vous êtes.

Merci de manger cette lettre après l’avoir lu pour plus de sécurité ; elle est digérable car faite de laitue recyclée

CQFD mais vous savez déjà ce que cela veut dire

BRDHB

Président de L’Institut Français de Déclinologie

Cette lettre s’inspire librement du Roman « HERZOG » de Saul BELLOW.*

*Vous dormirez moins con ce soir, pour moi c'est as dit car je ne me couche pas

Posté par LE DECLINOLOGUE à 23:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Aaaaaaaaaaaah le télémarketing Le beau métier ???.

Le télémarketing ???.
J’aimerais juste dire en quelques mots ce que j’en pense. Le plus dangereux (notamment pour les diplômés) est que l'on se désadapte à la réussite professionnelle par l'abandon progressif de perspectives à longs termes. Le télémarketing et avant tout un job que l’on vous vend comme un métier.
Il appartient à une série de « métiers » dont on n'a pas encore mesuré toute la portée quand à "la spirale de recadrage et de désillusions" qu'elle impose. Le plus dur est de ce dire que l'on aura vocation à rester un individu en friche ; d'aller de poste en poste sans que le travail nous apporte comme à nos aînés, ni un statut, ni une assurance qui va de pair avec.
Quid de tout cela ? : On sera des travailleurs (on aura un job et non une situation, une fiche de paie et non un avenir) mais plus d’"hommes de métiers".
Comment alors ne pas voir une officialisation d'une France d'en Haut et une France d'en Bas ("le précaire perpétuel") ?
En tout cas, les diplômes ne joueront plus un rôle d'ascenseur, pas même de régulateur (ils embauchent maintenant de bac + 2 à bac +5) car alignez des expériences comme cela et sans formation ni monté en compétence et vos études deviendront obsolètes. Vous serez le candidat idéal pour un CNE ! La boucle est bouclée (CQFD)
Et si je vous dis qu’aujourd’hui XXXXX m’a contacté pour un poste de Superviseur (= encadrer des téléopérateurs).Vais-je accepter ? Cela mettra toujours du beurre dans les épinards. En meme temps, dois-je manger gras ? CAS DE CONSCIENCE

Posté par LE DECLINOLOGUE à 10:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 février 2007

APHORYSMES A FAUX RYTHMES (2)

Des drôles, des moins drôles et ceux qui passent à coté de leur sujets mais ils sont là quand même, tout finit par passer :

  • Il a eu de la chance ? Et bien c’est un con dans un bon jour. Dans un mauvais jour, il n’est pas malchanceux, il est lui-même

  • Bien sur monsieur Einstein, Dieu ne joue pas au dé. Il y a longtemps qu’il est passé à la playstation.

  • Andy Warhol a dit "chacun aura son ¼h  de gloire", moi je dit "chacun aura un jour ¼ d’heure pour manger son quatre quart avec Bernard Menez" mais c'est vraiment par ce qu'il n'a rien d'autre à faire actuellement.

  • De face, je ressemble à Brad Pitt, de dos je ressemble à Bourvil. Comme je d’affronte jamais les situations de face, a qui je ressemble selon vous ?

  • « Si vis pacem, para bellum » : j’en ai marre de ce voisin qui utilise des langues anciennes en finissant ses phrases par le nom d’un flingue. Je finis toujours par lui mettre une claque.

  • Ce qui ne tue pas rend plus fort. Pourquoi oubli t-on de préciser que c’est faux pour le ridicule

Et c'est tout pour aujourd'hui.

Posté par LE DECLINOLOGUE à 17:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


23 février 2007

« Si col blanc savait, si col bleu pouvait »

Je m’apprête à lire « L’obsession du complot » par Frédéric CHARPIER sorti en 2006 aux Editions BOURIN.

Je pourrais toujours vous dire ce que j’en pense après l’avoir lu mais cela s’appellerait une fiche de lecture. Non seulement vous trouverez cela sur des sites de soutien scolaire mais en plus ma prestation ne permettrait guère d’avoir la moyenne à part lors des premières années de collège dans une zone sensible où un professeur de français transformerait ses longues années de frustrations en une « ascèse de l’acceptation de la quotidienneté de la médiocrité comme acceptation du monde»  ; ce qui représente une accumulation de hasards importants, douteux, aléatoires voir contestables (importants, douteux, aléatoires voir contestables mais non inexistant pour qui connaît Villeneuve-la Garenne, mais Vitry sur seine n’est pas loin aussi et c’est tout à leur honneur).

Je penses plutôt à une confidence de l’un de mes amis qui malheureusement disparut trop tôt (cela fait toujours ça quand on prête 500 balles à un ami). Il me confia le regard dans le vague un lourd secret qui lui écrasait tout son être comme un personnage de Lovecraft ramassé sur lui qui en sait trop pour appartenir à notre monde mais pas assez pour appartenir à l’autre. Son témoignage je l’ai consigné il y a quelque temps et je vous le livre tel quel comme une libération : 

Je fus longtemps ce que j’appellait un « col bleu clair » ; c’est-à-dire un croisement d’un col blanc cadre et d’un col bleu ouvrier. Autrement dit un  agent administratif croyant devenir un jour un col blanc à force de sueur et de méritocratie avant de découvrir la vérité :

Une atroce expérience du patronat implantant génétiquement du gène ouvrier de belle souche certes (col bleu, en voie de disparition) dans le gène des bureaucrates (contraction de « j’ai un bureau-j’ai une cravate ») a eu lieu.

De cette expérience, il ne resterait aucune trace dans la mémoire collective (hormis un X-FILE caché au siége du MEDEF)

Mes preuves ? :

Avez-vous  remarquez cette grippe aviaire des années 80 qui est totalement passé inaperçu ? : Aujourd’hui, elle tue des colverts, il y a 20 ans, elle tua des cols bleus dans les usines et on appela cela aussi une mutation. La génétique, on n’en parlait pas vraiment ; alors, on parla de mutation économique fondé sur l’informatique.De nos jours, on se permet juste de changer un peu le scénario actuellement en disant que la mutation génétique sera virulente si elle passe par le cochon ; histoire d’y inclure la nouvelle donne islamiste.

Quid de tout cela : une grippe aviaire décima les cols bleus en masse dans les années 80. En réaction à cette perte de cheptel, le patronat isola dans ces gènes le séquençage appelé « lien de subordination » et l’introduisit dans le gène d’une nouvelle population : le bureaucrate.  Comme toute information ultra sensible, ce séquençage a été dispersé à droite et à gauche. Cependant, il peut être retrouvé par tout salarié qui en fait la démarche en superposant alternativement sa feuille de paie avec le règlement intérieur de son entreprise et son contrat de travail.L’éclairage d’une lampe à mine des houillères de Forbach du siècle dernier adoubée ou non par Patricia KAAS déjouera alors la supercherie par thermo-luminescence.

J’oubliais de vous dire que mon ami est parti avec mes 500 balles mais aussi avec le DVD de « Benjamin Gates et le trésor des templiers ».

N’hésitez donc pas à louer ce DVD pour

1° les petits

2° ceux qui croient à n’importent quoi

3° ceux qui croient a n’importent quoi et qui en plus reste tout petit

Décidément, l’apport de la déclinologie n’est plus à démontrer.

Posté par LE DECLINOLOGUE à 20:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 février 2007

Jean-Baptiste Botul, un philosophe à découvrir

J’aimerais vous faire partager l’une de mes tribulations sur le Web.

La découverte de Jean-Baptiste Botul

La vie, l’œuvre d’un philosophe de tradition orale dont on ne connaît ni la vie ni l'œuvre !

Il est mort mais vous pouvez le joindre aux heures ouvrables sur

http://botul.free.fr

Jean-baptiste Botul n’existe pas, voir de manière plus nuancée, il n’existerait pas, mais il ne s’en porte pas plus mal et n’en demeure pas moins mystérieusement actif.

Cela me rappelle une Légende qui court dans les sanatoriums de la Bourboule (LA BOURBOULE – 63150)

En auvergne nous avons aussi de belles légendes quoique les termes en soient un peu inversés. Cela s’appelle le Giscardisme. Il existe, se porte comme il peut et n’en demeure pas moins mystérieusement inactif

Le premier acte de la philosophie auvergnate est l'étonnement. Donc "Tiens une idée giscardienne" est l'expression totalement parfaite et facilement mémorisable de ce que les commentateurs de l'École de la Bourboule appellent la "Giscard Attitude".

Au vu de ce terrible paradoxe, un sujet de débat surgit : « Faut-il exister pour agir ? »En d’autres termes, l’action a-t-elle besoin d’un préalable (affaire Botul) et l’inaction suggère t-elle une inexistence (affaire Giscard).

Pour comprendre ce billet (chose qui n’a rien de capital), il est nécessaire d’avoir passé au moins un ¼ d’heure sur le site précité car un déclinologue décline toute responsabilité mais ne tire jamais la couverture à soi.

èDécidément, l’apport de la déclinologie n’est plus à démontrer.

Posté par LE DECLINOLOGUE à 15:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 février 2007

Les éventuels épitaphes du PAF au taffe

J’ai horreur des gens qui souffre à la télévision.

La souffrance appartint longtemps à la sphère privée. Elle relevait aussi bien de la rédemption (version religieuse) que de la dignité (version morale).Et surtout pourquoi se livrer sur un sort aussi quotidien.

La souffrance morale des gens a été merchandisé par TF1 depuis quelques années déjà 

Nombre d’entre eux s’égratignent (Chez Mireille Dumas), ou se livre (Chez Bataille et Fontaine) ou l’inverse.

Guy Carlier égratigne les autres (c’est certes de la psycho à deux balles mais chacun fait selon son budget)

Avant même de connaître la bio de Guy (quand on parle de la bio d’une personne au lieu de sa vie, on a vraiment franchit une étape : avant une bio on vivait, après une bio on pose même malgré soi) j’ai toujours considéré qu’il était la voix du téléspectateur.Le « hors lucarne » qui parle « dans la lucarne ».

Mais cette dernière vous oblige à explorer toute une palette de sentiments humains qui est en friche en vous. La volonté d’être drôle, de séduire, de conquérir, et pour un comique de faire mouche à 100% vous focalise et même vous phagocyte en entier. Et puis au bout d’un moment, vous êtes un Atlas tenant une PDM sur vos robustes épaules. L’audimat vous abrase le sens de la répartie et la compromission vous guette par ce que votre patron appelle le bon sens.

Mais je reconnais à Guy une qualité, peut être une seul mais la plus importante. Il appartient à une communauté sous représentée à la télévision (celle du VRAI bon sens, perdu si vous pensiez à autre chose ):

Je crois encore à une communauté du bons sens mais me désole de sa mise en minorité. L’absurde « qui ne dit mot consent » nous oblige toujours à prendre la parole à un moment donné. Il est bon de s’exprimer librement sans s’astreindre à un résultat relevant du pratique ou de la reconnaissance immédiate, ultérieure ou .......posthume; aucune expression n’est jamais réellement gratuite et donc inutile. Voila son rôle selon moi et il ne donne pas sa part au chat pour cela.

« Concordance des idées, amplitude des attitudes, exactitude des propos, parallélisme de carrière avec le sieur Declinologue ». Mon dieu que tout cela est beau. La parole est libérée. Fiat LUX (ça cela doit être du surclassement à l’italienne !)

J’appartiens enfin à cette génération qui découvre trop tard qu’il existe pour que tout fonctionne normalement des crétins de cœur comme il existe des crétins de tête et que leur complicité respective est leur seule intelligence.Il faut baigner dedans comme un poisson dans l'eau saumâtre et non choisir un camp !

Posté par LE DECLINOLOGUE à 17:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 février 2007

APHORYSMES A FAUX RYTHMES (1)

Régulièrement, il m’arrivera de déposer quelques aphorismes de mon cru, voici une première fournée :

  • En Afrique quand un vieillard meurt, c’est une bibliothèque qui s’écroule.

            En France quand Jean Lefebvre meurt, c’est une bibliothèque qui se reconstruit

  • En Afrique quand un vieillard meurt, c’est une bibliothèque qui s’écroule.

            En France quand JL Sulitzer mourra, mes 2 serre-livres prendront un  sacré coup de   vieux

  • Je suis tellement fauché que pour partir en vacances, j’ai du vendre mon GPS pour faire le plein. Du coup, je ne suis jamais arrivé.

  • Ce qui fait vivre n’est pas ce qui fait avancer. L’alexandrin de la différence est lâché

  • Ah, Windows si tu savais comme mes nuits sont plus belles que tes mises à jours

  • Tu peux aiguiser les dents d’un loup, tu n’en feras pas une brebis pour autant.

  • La fierté est de pisser au cul de ceux que l’on aime pas, l’orgueil est de ne pas le faire en se délectant que cela soit devenu potentiellement possible.

  • Le faiseur de pluie ne m’intéresse pas, c’est un opportuniste. Le faiseur de nuage à l’idée pour lui.

Posté par LE DECLINOLOGUE à 16:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 février 2007

AN II DE LA DECLINOLOGIE

Qu’est ce que la déclinologie ?

La déclinologie est une science nouvelle. Mieux, une science nouvellement initiée au quelle nous devons rendre hommage.

Si il fallait lui trouver une date de baptême, la présentation des vœux du nouvel an 2006 par notre Premier Ministre serait celle-là .Nous sommes donc en l’an II de la déclinologie.

Ah ! Comme le temps passe, un déclinologue c’est aussi cela : quelqu’un qui laisse passer du temps, beaucoup de temps, pleinement, sereinement, paisiblement. Bref, Internet va trop vite ; ce qui est vrai pour tous le monde, il faut bien le remarquer mais lui l’exprime sans se retirer du jeu. Car la vie aussi est un jeu comme le sait toute personne sérieuse.

Sa naissance bien difficile s’est faite sous le signe d’un étrange paradoxe qui la suivra sans doute encore bien des années encore. A peine née son créateur la dénonça, la flagella et finit par la sacrifier sur l’autel de l’angélisme perçu comme seule pensée à vocation dominante. Mais comme le bras d’Abraham fut stoppé pour sauver son rejeton, le bras géniteur ripa de nouveau et la déclinologie survit. Misérablement. Fichtrement misérablement. Souffrant du dédain et du mépris des institutionnels et de manière plus large de toutes personnes en place et ayant vocation a y rester. Il l’amalgamèrent sournoisement avec une science maudite écrites par les hommes de peu de foi : la catastrophologie pour la discréditer encore un peu plus Sa volonté de bousculer le statu quo, pain de ces hommes acheva définitivement de la compromettre. Sa vocation a être le contre pied d’un certain angélisme, voir d’une pensée dominante est trop flagrante pour ne pas la voir condamner.

Les difficiles conditions de sa naissance expliquent pourquoi elle vit dans l’ombre.

Ici nous rendrons ainsi hommage à cette science qui doit encore acquérir ses lettres de noblesse.

Cette science n’est pourtant que le raisonnement logique d’observateurs impliqués un peu moins myopes que la moyenne.

Ne perdons jamais de vu l’essentiel :ce qui est long est incompréhensible, ce qui est court est faux.

Alors dans le doute, j’adopterais la deuxième solution moins dévoreuse d’énergie et donc en respect avec le pacte écologique. L’idéale pour moi serait une analyse économique courte comme un haïku.

Nous saurons rester léger le plus souvent possible car le Web est à l’image de la vie : une farce que l’on doit prendre au sérieux. L'inverse étant également vrai.

Posté par LE DECLINOLOGUE à 15:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]